Sochi

Le débat fait rage dans le monde entier. Alors que la Russie s'apprête à accueillir le monde olympique en 2014 à l'occasion des jeux olympiques d'hiver et qu'en même temps, elle vient d'adopter une loi anti gay dite "contre la propagande homosexuelle", la communauté internationale s'interroge sur la réponse à donner à la Russie.

Dans un premier temps, de nombreux bars gays ont appelé au boycott de la vodka russe. Mais c'est autour d'un potentiel boycott des JO de Sotchi que la polémique monte : Faut-il boycotter les JO de Sotchi 2014 ?

Plusieurs chefs d'Etats ont déjà répondu à la question. Pour Obama, c'est non. Même son de cloche du Royaume-UniCameron est également contre le boycott. L'Allemagne s'est également opposée au boycott et la France n'y est également pas favorable.

Du côté du comité international olympique, ils attendent des "clarifications" sur la loi et ont demandé des garanties de la part de Moscou que les athlètes pourront participer sans discrimination. Moscou a apporté une réponse très précise, les athlètes peuvent participer mais devront en répondre devant la loi s'ils font la promotion de toute "orientation sexuelle non traditionnelle". Et le CIO en rajoute : tout athlète qui porterait une revendication politique sera automatiquement sanctionné. Pour eux, un drapeau arc-en-ciel est un signe politique. Une décision plus que choquante, est-ce que le CIO dirait la même chose si la discrimination était sur une couleur de peau ou une religion ?

Personnellement, je ne pense pas que le boycott soit la solution la plus pertinente. S'il est essentiel d'envoyer un signal fort à la Russie et de tout faire pour faire tomber cette loi, il est aussi important de ne pas couper les ponts avec la Russie et garder un moyen de communication pour lui mettre la pression. De plus, les premières victimes du boycott seraient les sportifs eux-mêmes qui se sont entrainés toute l'année pour leur moment.

Au contraire, il faut profiter de la tenue des JO pour pouvoir agir sur place. Le CIO doit assumer ses responsabilités et mettre la pression à la Russie pour qu'elle respecte les valeurs de l'olympisme. De plus, les sponsors des JO peuvent également mettre la pression à la Russie, car il n'y a pas de secret, le moyen le plus efficace de faire plier la Russie est l'argent. Le boycott doit être la dernière possibilité quand toutes les autres options ont échoué.

Dans tous les cas, nous ne laisserons pas tomber nos frères et sœurs LGBT de Russie et nos pays doivent assumer leurs responsabilités et peser de tout leur poids pour faire tomber cette loi inacceptable !


SochiE

The debate is strong worldwide. As Russia is about to host the Winter Olympic 2014 in Sochi and at the same time, they adopted an anti-gay law known as "anti-gay propaganda law”, the international community is thinking about the right answer to send to Russia.

At first, many gay bars have called for a boycott of Russian vodka. But the rising debate is about a boycott of the Olympics in Sochi: Should we boycott the Sochi Olympics in 2014?

Several political leaders have already answered the question. For Obama, it's no. Same in the UK where Cameron is also against the boycott. Germany is also against the boycott and France is also not in favor of it.

For the International Olympic Committee, they expect "clarifications" on the law and seek for assurances from Moscow that athletes may participate without discrimination. Moscow has made a very clear answer to that point: Athletes can participate but will be sanctioned by the law if they are promoting any "non-traditional sexual orientation." And the IOC adds: any athlete who would wear political signs will automatically be sanctioned. For them, a rainbow flag is a political sign. This is a very shocking decision; would the IOC say the same if the discrimination was on skin color or religion?

Personally, I do not think the boycott is the most appropriate solution. It is essential to send a strong signal to Russia and do everything possible to break the law, but it is also important not to cut ties with Russia and keep a channel of communication to put pressure on them. In addition, the first victims of the boycott would be athletes themselves who have trained all year for their time.

Instead, we should take advantage of holding the Olympics in order to act on the spot. The IOC must take their responsibility and put pressure on Russia to respect the Olympic values. In addition, sponsors of the Olympics can also put pressure on Russia, because there is no secret, the most effective way to pressure Russia is money. Boycott should be the ultimate solution when all other solutions have failed.

In all cases, we will not let our LGBT brothers and sisters in Russia down and our countries must take their responsibilities and use their pressure to bring down this unacceptable law!